Un cas de cancer à Madagascar

Le cancer est une maladie qui fait assez peur à Madagascar.

Dans ce beau pays, les informations sur le sujet ne sont pas aussi vulgarisées que celles du SIDA. Pourtant le cancer est de plus en plus fréquent et touche des gens de tout âge. D’autant plus que le cancer peut toucher tout ce qui forme le corps humain.

Le cancer sévit intensément vu la recrudescence de l’environnement. A Madagascar, la pollution, les feux de brousses, le non traitement des déchets figurent parmi les causes les plus importants de la dégradation de l’environnement. Cette dernière peut détériorer la qualité de vie des gens et les affaiblissent.

Dans notre écrit, nous allons vous partagé le vécu de quelqu’un concerné par cette maladie. Un cas plutôt méconnu car les cancers les plus connus à Madagascar sont ceux du sein, des poumons, des ovaires et de l’utérus. Ici, nous allons abordés la maladie de HODGKIN qui affecte le système immunitaire.

 

Au tout début, la patiente avait de fréquents problèmes de santé. Dès qu’une maladie était guéri que venait en surgir un autre. Cela semblait être sans fin. Le corps était de plus en plus affaibli. Notons que les cancers en profitent quand le système immunitaire est faible.

A cause de ces successions de maladies, les ganglions du coup ont commencé à enfler de part et d’autre. La patiente a informé son médecin traitant. Ce dernier l’a rassurée que c’est une réaction normale de l’organisme vu son état de santé.

Mais au fur et à mesure que le temps passait, les ganglions se multipliaient tant en nombre qu’en volume. Le patient a alerté son médecin et ce dernier lui a prescrit un médicament anti-inflammatoire. Mais cela n’a rien arrangé. Le mal persistait.

Le patient est revenu voir son médecin mais il n’était pas à son travail. L’hôpital lui a donc affecté un autre médecin. Ce second médecin a proposé au patient le même anti-inflammatoire associé à un antibiotique. Le traitement semblait faire de l’effet à la première semaine mais après les ganglions se sont encore multipliés et d’autres apparurent au niveau des aisselles et du sein. Là, la patiente était apeurée. Ce qui inquiétait le plus c’est d’avoir un cancer du sein car d’après ses connaissances l’apparition de nodule au niveau du sein indiquait probablement un cancer. Elle a donc accouru auprès du second médecin. Ce dernier lui a indiqué de faire une opération de biopsie pour mieux cerner ce qui lui arrivait vraiment.

 

A cause de tous ces péripéties, la patiente ne savait plus quoi faire. Elle est allée voir un chirurgien ORL pour effectuer la biopsie ganglionnaire. L’opération s’est déroulée le plus vite possible. L’état d’anxiété augmentait au fur et à mesure de l’attente des résultats. Puis quand ces derniers étaient divulgués par le chirurgien la déception était grande car elle a appris qu’elle développait une forme de cancer appelée lymphome de HODGKIN ou maladie de Hodgkin. Le chirurgien lui a donc affecté un médecin spécialisé dans l’oncologie pour traiter son mal.

 

Une fois chez le médecin de l’oncologie, un nouvel épisode de sa vie allait commencer. Le médecin lui a informé de ce cancer et de son traitement. La prescription était de huit cures de chimiothérapie dont une cure était divisée en deux à faire tous les quinzaines. Ce qui valait seize (16) séances de chimiothérapie. Mais avant cela, elle devait réaliser une série d’examen. Entre autres, des échographies, des radiographies et des analyses de sang. Ceci pour pouvoir valider si oui ou non la patiente pouvait se soumettre à la chimiothérapie.

 

Une fois les résultats obtenus, le médecin annonçait que c’était OK pour la chimio. Ensuite, venait la prise de rendez-vous auprès du major pour la première séance de chimio. La première séance a eu lieu le plutôt possible. Les médicaments nécessaires pour le traitement s’avèrent être chers.

 

Le jour de la première chimio a été terrible pour la patiente. Au faite, il y avait une queue comme pas possible pour subir ce genre de traitement. C’est là qu’elle a réalisé que beaucoup de gens étaient atteints de cette horrible maladie mais de genre différent.

Dans la file d’attente, les malades et les gardes qui attendaient leur tour discutaient et racontaient leurs problèmes et leurs vécus.

Le stress commençait à monter chez notre patiente. Elle n’en pouvait plus. C’est alors que vint sont tour. Heureusement, l’infirmière lui a donné une chambre à elle seule.

La patiente s’est allongée sur le lit et l’infirmière débutait par la recherche de veine et a mis le perfuseur pour le sérum. Les médicaments étaient introduits dans le sang d’une manière rapide. Si vous saviez la quantité de médicaments ! C’était interminable. Dans cette attente, la patiente a bu de l’eau et a pris un yaourt. Comme toute chose a une fin, la chimio a été terminé après trois heures. Mais là, c’était pénible pour la patiente… Elle a vomi !!! C’était affreux ! (Excusez-moi pour les âmes sensibles). Ce fut très fatigant. Les vomissements se succédaient ! Puis cela s’est calmé.

 

Pour rentrer c’était difficile puisque la patiente ne devait pas s’exposer au soleil au risque d’avoir des veines qui virent au noir.

Une fois chez elle, les vomissements prenaient un rythme affolant. C’est seulement au début de la soirée qu’ils se sont arrêtés.

 

Pour la deuxième séance de chimio, la patiente avait à refaire les analyses sanguines.

Les séances de chimio au fur et à mesure deviennent plus dures. Les veines disparaissent…

La question d’argent est difficile. La famille fait de son mieux pour trouver les moyens possibles pour la guérison.

La patiente jusqu’à présent répond bien au traitement. Elle prend également des aliments contenant des antioxydants pour freiner les cellules cancéreuses de se développer. (Cannelle, corossol, Curcuma, Papaye)

Actuellement, son combat se poursuit tant corporel que financier.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s