Oui, je l’avoue

OUI, j’avoue que …

Quand tu m’as enlacé,

quand tes bras me couvraient,

je me sentais bien.

OUI, je l’avoue qu’

A partir de ce moment,

tu as réveillé en moi

un désir ensommeillé.

Tu m’as prise par surprise…

C’était à partir de cet instant

que j’ai réalisé que j’étais peut-être éprise.

Oui, je l’avoue que

ces dernières années,

j’étais emprisonnée,

les sentiments je les ai enfermés.

Mais depuis ce jour là,

je veux toujours être auprès de toi,

enfouie dans tes bras,

te sentir contre moi.

Je sais désormais

que mes désirs jouent contre mon gré.

Tu me regardas d’une telle façon,

que je voulais t’aimer avec passion.

Tes lèvres touchaient les miennes,

et ce fut la fin de mon carême.

Mes yeux se sont enfermés,

j’avais le souffle coupé,

je ne pouvais respirer, 

dès l’instant où tu m’as embrassé.

Ce baiser, …

je ne l’ai point désiré,

encore moins mérité…

j’en reste émerveillée.

J’essayais de te pousser

pour tout arrêter.

J’essayais d’ouvrir les yeux mais en temps

mon coeur battais à mille feux

Tu me retenais contre toi,

enfermée dans tes beaux bras.

Le plaisir était tel

qu’il n’était nul peine de s’enfuir.

Je m’abandonnais à toi,

et ce, malgré moi.

Mon corps que je ne contrôlait pas

prouvait que j’étais à toi.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s